WWW.CAMEROUNASSOCIATIONSJEUNES.CM
Accueil Contact Plan du site English

En tête de liste
Repertoire de Yaoundé 1
Repertoire de Yaoundé 2
Repertoire de Yaoundé 3
Repertoire de Yaoundé 4
Repertoire de Yaoundé 5
Repertoire de Yaoundé 6
Repertoire de Yaoundé 7
S'inscrire en ligne
Aller à Yaoundé 1 Aller à Yaoundé 2 Aller à Yaoundé 7 Aller à Yaoundé 5 Aller à Yaoundé 6 Aller à Yaoundé 4 Aller à Yaoundé 3

(AFHAC)
Association des Femmes Handicapées Actives du Cameroun

PRESENTATION

Récépissé de déclaration n°001122/RDA/JO6/BAPP du 21 septembre 2006
Adresse AFHAC : B.P: 1192 Yaoundé - Cameroun
Email: afhac.asso@ yahoo.fr
Tel: 99 29 12 40 / 76 31 66 92

Responsable: MOFOGNE Ndé Ade Adeline

Objectifs de l'AFHAC :

  • Sortir la femme handicapée de la mendicité et de la pauvreté
  • Contribuer à l'insertion socioprofessionnelle des jeunes
  • Créer des centres d'activités pouvant permettre de lutter efficacement contre la pauvreté.

Activité principale
Réinsertion des jeunes handicapés dans le circuit économique et professionnel

Activité secondaire
Former les jeunes issus des familles pauvres et des personnes handicapées en sculpture

Localisation et couverture d'intervention
Afhac a établi son siège au quartier ETAM BAFIA à Yaoundé et mène des activités dans les villes de Yaoundé et de Bafoussam

Organe de gestion: Assemblée Générale et Bureau Directeur

Ressources de l'organisation:
15 membres, un atelier de sculpture avec quelques appareils de sculpture

Estimation budgétaire 2009 : Un million deux cent mille

Partenaires

  • MINAS
  • Chambre de commerce
  • MINPROFF
  • Association des étudiantes de Stockholm (suède)

Produits

  • Formations
  • Causeries éducatives
  • Encadrement psychologique des membres

HISTORIQUE

On rencontre dans nos villes et villages des jeunes handicapés qui marchent à quatre pattes traînant leurs fesses à même le sol par manque de tricycles, fauteuils roulants etc. Ces handicapés sont très souvent assis en bordure de route avec l’assiette en main pour mendier car plusieurs d’entre eux n’ont aucune formation et ceux qui sont formé ont de sérieux problèmes pour trouver un emploi. Face à cette situation nous avons décidé de créer en février 2004, une association afin qu'ensemble nous puissions nous organiser pour défendre les intérêts de la femme handicapée et lui trouver des activités génératrices des revenus. Animées par la volonté de sortir de la pauvreté le marché de l'emploi étant saturé, il était indispensable de s'auto employer. Nous avons donc commencé par des petits métiers notamment la couture, l’emballage des cadeaux, le montage des tableaux en fibre bananier, mais il nous fallait trouver une activité qui puisse regrouper beaucoup de personnes. Après des études nous avons constatés que la sculpture et la fabrication des tableaux, sont des activités idéales pour nous car elles sont adaptées à nos potentialités physiques réduites et donne des possibilités de gain intéressant. Nous avons ainsi ouvert un centre de formation en sculpture en mars 2007. Notre association qui a pour but primordial la réinsertion des jeunes handicapés dans le circuit économique et professionnel les embauche après leur formation.

Projets réalisés et / ou en cours d’exécution :

  • En l’ an 2004 nous avons formé trois femmes en couture dont deux ont ouvert leurs ateliers
  • 2006 à 2007 formation de cinq femmes dans l’art de l’emballage des paquets cadeaux dont trois ont ouvert leurs box
  • 2007 ouverture d’un atelier de sculpture, début de formation de 14 personnes
  • 2008
    JANVIER: Présence remarquable au premier SALON INTERNATIONAL DE L’ARTISANAT DU CAMEROUN. Après un an de formation, les apprentis étaient déjà capables de fabriquer quelques objets et ce sont ces objets qui ont été exposés lors de cet événement.
    MARS : Exposition à la FOIRE DES FEMMES DE YAOUNDE
    DECEMBRE: participation à la FOIRE PROMO DE TSINGA (YAOUNDE), SALON INTERNATIONAL DE L’ENTREPRISE, LA FOIRE YAOUNDE EN FETE

PLAN D’ACTION STRATEGIQUE
L’ AFHAC est une association sérieuse qui a su se positionner comme une association efficace et crédible. En cinq ans nous avons formé plus vingt personnes dont cinq sont déjà insérées dans le circuit professionnel, et d’ici 2013 nous comptons créer une unité de production en objets d’art qui sera capable de produire en quantité tout en assurant la qualité. Car les 14 personnes qui continuent leur formation actuellement seront immédiatement insérées dans l’unité de production.

DIFFICULTES RENCONTREES

  • Depuis cinq ans, nous avons été en butte à plusieurs difficultés : Tout d’abord la modicité de nos moyens ne nous a pas permis d’acheter des machines neuves et suffisamment de matériels pour produire en quantité. La quantité d’objets que nous avons pu produire jusqu’à présent est loin d’être satisfaisantes, car au bout de deux jours d’exposition le stock d’objets était épuisé. Malheureusement le temps que nous mettons pour produire ne nous permet pas de remplacer rapidement ces objets. (Nous ne disposons que des machines de seconde main qu’il faut de temps en temps laisser refroidir)
  • La quantité très modeste que nous produisons limite nos bénéfices, car les bénéfices sont proportionnels à la quantité produite et c’est avec ces bénéfices que nous comptons assurer le salaire des membres de notre équipe de production.
  • L’association connaît également des difficultés pour la mobilisation de ses membres parce que certains n’ont pas les moyens de s’acheter un fauteuil roulant, ou un tricycle, qui coûte 500 000FCFA (780euro). Nous avons aussi les difficultés pour assurer le fonctionnement de l’association notamment, le manque de matériels bureautiques, le manque d’informations (séminaire, forum etc. …)

BESOINS ACTUELS

  • Des machines de sculptures neuves
  • Des matériels bureautique
  • Des fauteuils roulants
  • Des tricycles.

S’IMPLIQUER ET /OU TRAVAILLER AVEC AFHAC

Actuellement nous avons trois préoccupations

  • Machines de sculptures neuves
  • Fauteuils roulants, tricycles
  • Matériels bureautique

Mise à jour: 28.05.10 - 13:21

Termes et conditions ©2010 syjedec Crédits
Ce site a été réalisé avec l'appui financier du Programme d'Appui à la Structuration de la Société Civile au Cameroun (PASOC)